Votre navigateur ne support pas le JavaScript / Your browser does not support JavaScript!La source et les pertes de l’Ain, un début tumultueux au cœur des Montagnes du Jura

Cascades et sources, Sources de l’Ain et pertes de l’Ain

La naissance d’un cours d’eau tumultueux

Tout commence à Conte, près de Nozeroy, à 700 mètres d’altitude. L’eau surgit des profondeurs, sans remous, sous forme d’exsurgence. D’apparence calme, la source de l’Ain donne cependant naissance à un torrent tumultueux.

 

Une source aux mille visages

On y accède par un joli sentier boisé, été comme hiver. Mais le spectacle n’est jamais deux fois le même, selon la saison et les chutes de pluie qui conditionnent le débit de la source. Ce paysage jurassien est donc en perpétuel mouvement. Et quand la source tarit, les spéléologues sont ravis de s’engouffrer à 28 mètres sous terre pour atteindre un plan d’eau permanent.

 

Les pertes de l’Ain, un paysage changeant

Après une dizaine de kilomètres, le cours de la rivière nous emmène aux pertes de l’Ain. C’est à Bourg de Sirod, dans une gorge très étroite et profonde, que s’engouffre la rivière. Quand les eaux sont très fortes, elles remplissent l’espace de la gorge et surgissent en un bouillonnement sourd. Un sentier récemment aménagé et sécurisé permet aux amateurs de randonnée d’accéder au plus près des lieux, d’autant plus impressionnants lorsque le débit de l’eau est fort.

 

Après ce début fort en remous, l’Ain poursuit son chemin sur près de 200 kilomètres. Il traverse notamment le Bugey, où il offre un terrain de jeu propice aux amateurs de canoë-kayak, avant de se jeter dans le Rhône.

 

Lien à visiter

Allez plus loin :