Votre navigateur ne support pas le JavaScript / Your browser does not support JavaScript!L’éclat de précieux savoir-faire

Artisanat et Savoirs Faire, Diamantaire / lapidaire

L’art des lapidaires consiste à tailler et polir des pierres fines et précieuses. Péridot, rubis, spinelle, quartz, zircon, tourmaline, émeraude, pierre de lune, prasiolite, aigue-marine, améthystes… tous gemmes de couleur. La taille du diamant relevant quant à elle du diamantaire.

 

Lapidaires et diamantaires, des réalités hauts jurassiennes nées de l’horlogerie. Explication : dès 1550, les persécutions protestantes poussent les horlogers suisses vers le Haut-Jura français tout proche. Avec eux, suivent les lapidaires en charge de la taille des verres et ornements. En 1685, la Révocation de l’Edit de Nantes et la fuite des diamantaires et joailliers parisiens vers la Suisse qu’il induit, accroissent encore la population de lapidaires dans le Haut-Jura. Enfin, en 1704, un brevet est déposé qui préconise l’usage de rubis pour les pivots et contre-pivots des montres suisses. Le métier de lapidaire explose. On estime à 8000 leur nombre dans les Montagnes du Jura en 1920, la plupart étant des paysans qui trouvent ici une activité hivernale. Au-delà du marché horloger et de l’extrême minutie qu’il nécessite, les lapidaires hauts jurassiens sont réputés pour leurs productions exceptionnelles, privilégiant toujours la beauté de la pierre et pas seulement sa taille. L’éclat, la couleur, la veine : au fil des siècles, nos artisans ont développé leurs propres techniques et inventé leurs propres outillages pour extraire le meilleur du gemme qui leur est confié. Ils ne sont plus malheureusement aujourd’hui qu’une poignée en activité, mais leur savoir-faire et leur regard continuent d’inspirer les joaillers et créateurs du monde entier.

 

Visite de musées

 

Liens à visiter

 

 

Allez plus loin :