Votre navigateur ne support pas le JavaScript / Your browser does not support JavaScript!Esprit transfrontalier franco-suisse

Esprit transfrontalier, Esprit transfrontalier franco-suisse

Parcourir les crêtes du massif jurassien, c’est jouer à saute frontière en permanence. Un pied en France, l’autre en Suisse. Cette idée de frontière est une réalité géographique, architecturale, économique (l’horlogerie !), culturelle, historique, gastronomique, douanière (et donc contrebandière) incontournable. Que l’on soit à pied, à cheval, en vélo, en ski, en voiture et même à la nage, la frontière franco-suisse est ici omniprésente.

 

Dans les pas des contrebandiers

Petit tour de notre massif frontière en quelques sites symboliques. On commence en Pays horloger, du côté de Charquemont avec les Echelles de la mort. Nous sommes dans la Haute-vallée du Doubs, là où la rivière Doubs fait frontière avec la Suisse. Proche de Métabief et du Mont-d’Or, le Sentier des Bornes  et de l’Histoire de la Frontière commune aux Fourgs et Sainte-Croix, déroule 23,5 km d’une jolie randonnée (fractionnable en version 12 ou 17 km), sur le toit du Haut-Doubs. Un parcours jalonné de bornes et murets de pierres et de 11 panneaux thématiques.

Dans ce même secteur, citons encore la Route de l’Absinthe reliant Pontarlier au Val-de-Travers sur les traces de la mythique Fée Verte.

 

A chacun sa frontière

Ponctuant les brèches naturelles du massif du Jura, des édifices défensifs dressent leurs murs de pierre comme autant de sentinelles, veillant et modérant depuis toujours les précieux flux humains et marchands entre Suisse et France. Château de Joux et Fort l’Ecluse par exemple. Plus conviviale, à deux pas de la station des Rousses, la Cure et son célèbre restaurant frontière, Arbez. Les cuisines en Suisse, la salle en France et la facétie franco-suisse dans les assiettes et au service ! Une gourmande façon de célébrer cette intimité franco-suisse qui court, chevauche et dépasse souvent les bornes (frontières) tout au long du massif. Enfin, qui dit frontière dit zone franche ; l’apanage du Pays de Gex dès le moyen-âge, au bénéfice de l’enclave géographique qu’il représentait déjà, entre Suisse, Savoie et Franche-Comté.

Allez plus loin :