Patrimoine religieux

Chapelle Notre-Dame des Anges

-

Jaunotte vous fait découvrir la chapelle Notre-Dame des Anges à Ouhans (1875). Rencontre avec nos amis les montbéliardes...

La chapelle Notre-Dame des Anges à Ouhans est bâtie au sommet de la colline qui domine la source de la Loue. Elle est en moellons calcaires recouverts d'un bardage en plaques, avec un toit métallique polygonal couronné par un fin clocheton. Elle forme un polygone à dix côtés. En effet, il fallait une place pour les neufs chœurs des anges et une pour la vierge. L’entrée ne se situe pas à l’ouest comme souvent, mais le constructeur à opéré à une légère rotation et, de ce fait, l’entrée se situe face au village.

A l'intérieur, les murs blancs accueillent des statues d'anges tout autour de la chapelle. Le chœur n'est qu'un léger renfoncement dans le mur où une statue de la Vierge repose sur une console. Un petit autel sur un pied en colonne est adossé au mur sous la Vierge.

La chapelle fut construite entre 1864 et 1875. Une souscription fut lancée en 1862 par le curé du village, l’abbé Paget, curé de Ouhans depuis 1847. Il est originaire de Sombacour, et secondé par un autre clergé local (messieurs abbés Tyrode, Belot et Vorbe, cités dans un texte de 1862). Un autre personnage a joué un rôle essentiel dans cette histoire : c’est le révérend père C.S SALOMON (1804-1864). Il semblerait que ce prêtre originaire de Ouhans et oncle du maire de l’époque ait été le véritable initiateur de ce projet... peut être en fût-il le maître d’œuvre ! Hélas, il mourut avant l’achèvement complet de l’édifice.

Il est également important de rapporter que tous les paroissiens de Ouhans et de Renédale ont participé de près ou de loin à l’érection de cette chapelle. Tout ce qui était de la compétences des villageois a été fait bénévolement : abattage, fondations, extraction et transport des matériaux. La souscription fut ouverte un 22 septembre (jour de la saint Maurice, saint patron de la paroisse).

Les raisons de la construction de la chapelle : tout d’abord pour remercie la vierge d’avoir évité des malheurs pendant la révolution. La construction de cette chapelle assurera la protection de la vierge et elle resserrera les liens entre les fidèles de la paroisse.

La "légende locale" fait allusion à un sacrilège (l’abbé Paget y fait vaguement allusion dans une lettre adressée à l’archevêque ). La tradition orale raconte que les jeunes, probablement les conscrits, en particulier celui qu’on appelait "le gros Bichet", auraient scié la croix qui s’élevait sur le platelet. Pourquoi auraient-ils fait cela ? En voulaient-ils au curé ? En tout cas, ce dernier, en représailles, imposa à tous des pénitences humiliantes. Et la plus belles des réparations de ce forfait ne serait-elle pas la construction de cette chapelle ? La légende ne nous dit pas si le "gros Bichet" a utilisé sa force pour monter les matériaux...

En mai 1864, la commune décide de couper un sapin pour la fabrication d’un abri pour les tailleurs de pierre au lieu-dit Le Platelet, emplacement de la chapelle.
En 1866 débutent les travaux, mais en 1872 les travaux n’ont guère avancé : la commune accorde une subvention de 2000 francs, puis 1000 autres francs en 1874 pour terminer les travaux de la chapelle débutés 8 ans plus tôt.
En 1875, l’abbé Paget demande à l’archevêché l’autorisation de bénir la vierge de la chapelle qui devra être bientôt terminée.

Sources : gallica -BNF et Frédéric DELGRANDI pour AVPEC VUILLECIN.

Documents supplémentaires à l'intérieur de la chapelle

Chapelle Notre-Dame des Anges N°PCUBFC000V50VYR2
25520 OUHANS

Brochure Montagnes du Jura

Feuilletez en ligne notre brochure

En résumé
Nous écrire
Contactez le prestataire
Politique de confidentialité *